clairière

La Clairière est un de mes plus vieux projets. Le pitch est simple : "un homme se rencontre lui-même enfant dans une clairière."

La fin est prévue depuis longtemps, il me semble même qu'elle faisait partie intégrante de l'idée initiale : l'homme, que j'avais prévu d'appeler Thomas mais dont le prénom reste incertain, réalise que l'enfant en question est son fils. Mort depuis neuf ans, Thomas rejoue sans arrêt les dernières semaines de sa vie depuis la clairière dans laquelle il a succombé ; il existe là, au coeur d'un cercle d'orée, prisonnier de lui-même, inatteignable. Les scènes qu'il vit avec son fils n'appartenant pas à la vie qu'il revisite encore et encore, il n'y pense jamais depuis cette vie. Il expérimente ces scènes dans une forme de conscience modifiée, fondée sur ses passages antérieurs dans la clairière, comme si elles s'y intégraient vraiment, sans toutefois remarquer les paradoxes de sa mémoire. 

Dans un prochain article, je présenterai le point de vue d'Eliott, le fils de Thomas. Ensuite, je peaufinerai mes idées au fil du temps, afin de clarifier mes envies à propos de cette oeuvre que je considère, selon mon échelle d'ambitions fantasmées, de valeur non négligeable.